Les courses de chevaux aux Etats Unis vont de nouveau rivaliser avec paris sportifs

Lorsque Animal Kingdom a remporté la victoire dans le Kentucky Derby de 2011, il l’a fait avec une cote de 21-1.

Tous ceux qui pariaient sur le cheval quand la côté initiale du matin a été fixée l’ont fait quand Animal Kingdom avait 30-1. Et autant dire que vu les résultats et les gains de certains, beaucoup se sont intéressés au vocabulaire course hippique pour commencer à parier à leur tour.

Mais maintenant que les paris sportifs vont faire leur retour aux Etats Unis, certaines personnes de la fédération des courses hippiques veulent revoir le fonctionnement des côtes. Ce ne sont que des courses de chevaux, et certains disent que cela doit changer parce que l’industrie – qui est financée par les jeux de hasard – est en train de perdre son monopole sur les paris.

Le sport a une longue tradition de pari mutuel où les cotes fluctuent et où rien n’est fixé jusqu’à ce que les chevaux quittent la porte de départ. Mais avec la légalisation des jeux de hasard dans le sport aux États-Unis et son expansion progressive dans tout le pays, l’ajout de paris à cote fixe pourrait être un moyen pour les courses de chevaux de s’adapter et de rivaliser dans le paysage changeant.

« Lorsque nous avions un monopole, nous en bénéficiions certainement, mais cela nous rendait très paresseux et il est temps de bouger « , a déclaré Craig Bernick de la Thoroughbred Idea Foundation qui a récemment évoqué la possibilité d’ajouter les paris à cote fixe dans les courses de chevaux. « Si nous ne nous adaptons pas, je pense personnellement que les paris sportifs ont de très bonnes chances de détruire la plupart des paris sur les courses de chevaux parce que le prix, la familiarité que les gens ordinaires ont avec ces sports avec lesquels ils ont grandi, le libre accès aux données et le type de paris ont permis à tous les paris sportifs de favoriser les paris sur les courses de chevaux. Nous devons vraiment innover. »

Ce n’est pas la première fois que les courses hippiques doivent repousser les défis de son monopole de pari de longue date. Il y a eu l’ajout des loteries aux États-Unis, puis la prolifération des casinos qui, dans certains États, finançaient en partie les courses de chevaux et donnaient un coup de fouet à un modèle d’affaires en déclin.

L’impact de la légalisation des paris sportifs semble aller dans la direction opposée.

Même si des endroits comme Monmouth Park, dans le New Jersey, ont défendu la cause et l’ont adoptée, on ne s’attend pas à ce que ce soit une manne financière pour les courses de chevaux.

L’expansion des paris sportifs légalisés depuis l’arrêt de la Cour suprême de mai 2018 est une autre menace pour l’existence même des courses de chevaux. Contrairement aux sports professionnels et amateurs qui peuvent faire l’objet de paris, mais qui ne bénéficient pas directement de ces paris, l’industrie des courses de chevaux compte sur les paris pour assurer le bon fonctionnement de l’ensemble.

« Notre sport est financé par le jeu, donc nos participants doivent participer à tous les paris qui ont lieu « , a déclaré Alex Waldrop, président et chef de la direction de la National Thoroughbred Racing Association. « Il peut y avoir une certaine réticence parce que le modèle de tarification est très différent pour les paris sportifs et les courses de chevaux. Les paris sportifs ne génèrent pas de rémunération pour le produit sur lequel ils portent les paris. Ce produit a d’autres formes de revenus. »

Dans les paris sportifs, tout pari placé est bloqué à la cote du moment. N’importe qui qui veut parier que les Knicks de New York gagnera le titre de la NBA 2020 en ce moment pourrait obtenir d’assez bonnes chances.

Un tel avantage n’existe pas dans les courses de chevaux, où les lignes se déplacent en fonction de l’argent parié.